Totally immersed in what we do. We live and breathe family law

Family implications of a Brexit relocation to France

Nicole Gallop-Mildon at Sykes Anderson Perry solicitors in London and Claire Wood at Rayden Solicitors, specialist family law solicitors in St Albans

Couples relocating to France as part of Brexit arrangements should consider carefully in advance how the relocation will affect the arrangements between them and what steps they should take before the move. By becoming resident in France, there may be unexpected consequences such as deemed changes in asset ownership, succession issues and the position on any divorce. The assets available to any third party creditors or trustee in bankruptcy will also depend on the matrimonial regime (whether it is chosen or deemed). Anyone who is a trustee settlor or beneficiary of a trust should also take advice before moving to France.

Marriage contracts

All couples in France are deemed to be married under a matrimonial regime. This may either be by default or by choice (if they enter into a marriage contract). The marriage contract determines what each couple owns and is entitled to when the marriage ends, either on divorce or on death. A French marriage contract is very different to an English prenuptial agreement. A marriage contract is part of French law and there are detailed rules on how shares are worked out.

Depending on circumstances, English couples who move to France and do not have a prenup or marriage contract may be deemed to be married under the French regime of séparation de biens(separation of assets) which means that each owns broadly what is in their own name outright and half of what they own jointly. A matrimonial regime can be changed by agreement between the spouses by entering into a marriage contract which should be formally registered.

It is not certain that an English prenuptial agreement will be recognised and upheld in France (in the same way that a French marriage contract is not automatically enforceable in England). When drafting prenuptial agreements for French clients, we ensure that a French family lawyer is involved to make the agreement French compliant and has well considered jurisdiction clauses. Comparing a French marriage contract to and English prenup is like comparing apples and pears; prenups are not like French marriage contracts as they are focused on the outcome on divorce, rather than regulating how the spouses own property generally (in life and in death).

The best advice is to review your position before you move to France and then enter into a tailored French marriage contract appropriate to your situation. Likewise, French nationals moving to England should be aware that a French marriage contract is unlikely to be upheld in the event of divorce, so couples should enter into a post nuptial agreement to properly protect their positions in England.

Succession

In French law, on the death of the first spouse, the first step is to wind up the matrimonial regime, and once that is done, establish what assets form the first spouse’s estate and who inherits them.

Where a couple are married under a form of community regime, the deceased spouse’s estate will include half the community assets as well as the deceased spouse’s non-community assets. If the couple entered into a marriage contract, this may specify that on the first death the surviving spouse receives all the community assets. This transfer of the community assets is a result of the matrimonial regime, and does not form part of the estate and/or succession.

This is important because in French law, certain family members are “reserved” or “forced” heirs. Where there are children, these are the children, but it may also be the spouse if there are no children. There are significant restrictions on testamentary freedom on French law, and they vary according to the deceased’s personal circumstances. Accordingly, a surviving spouse may be best protected under a matrimonial regime.

For British nationals living in France, it may be possible to choose English law to apply to their estate. However, the technical consequences of this need to thought through. In particular, the potential mismatch between which law applies to which assets when analysed under English law and under French law.

Divorce

The difference between the English and French outcomes on divorce can be significant. The French court’s approach to spousal maintenance is generally much less generous than in England. In England the courts have discretion as to how assets should be split in an equitable way. In France, the court will look at the marriage contract (or default matrimonial regime) to determine how assets should be divided and there is no discretion.

Couples moving to France should therefore be aware of the differences and the rules about where proceedings can commence. If an English couple move to France then under the current regulations (which may change after Brexit) both England and France may have jurisdiction to hear divorce proceedings and there could be a race to issue in the country which is more advantageous to one party. On moving, the couple can stipulate in their marriage contract which will allow them to make a choice about which court deals with the maintenance aspects of the divorce.

Children

Relocation to France will also have an impact on any legal issues relating to children. Under the relevant European rules, decisions about children in the event of a divorce will generally be heard in the country where they are habitually resident. On divorce, if one party wants to relocate to England with the children (and this is not agreed) the French court will need to make a decision about the proposed move back home.

Third party creditors

A couple’s assets which are available to creditors or a trustee in bankruptcy depend on the marriage contract. If a husband has debts then unless a wife has agreed that her assets are at risk the creditors are only able to go against the husband’s assets.

Review

Please contact us if you wish to have a review of your position prior to relocating to France. It is best this is done as soon as possible.

 

Implications et conséquences d’un déménagement en France suite au Brexit

Par Nicole Gallop-Mildon, du cabinet d’avocats Sykes Anderson Perry de Londres, et Claire Wood, du cabinet Rayden Solicitors, spécialiste du droit des familles à St Albans

Les couples qui déménagent en France suite aux conséquences du Brexit doivent considérer avec attention et au préalable la manière dont le déménagement affectera les dispositions qu’ils ont prises et les mesures à prendre avant leur départ. En effet, devenir résident en France peut avoir des conséquences sur les possessions, les questions d’héritage ainsi qu’en cas de divorce. Les actifs dépendant d’un créditeur tiers ou d’un fiduciaire en dépôt de bilan  seront également affectés par le régime matrimonial (qu’il soit choisi ou réputé). Toute personne fiduciaire ou constituant d’un trust doit donc également aviser avant de déménager en France.

Contrats de mariage

Les couples se marient en France dans le cadre d’un régime matrimonial. Celui-ci peut-être le régime par défaut ou un régime choisi (dans l’éventualité où le couple a passé un contrat de mariage). Le contrat de mariage détermine ce que chaque membre du couple possède et ce à quoi il a droit lorsque le mariage prend fin, que ce soit en raison d’un divorce ou du décès du conjoint. Un contrat de mariage français est très différent d’un contrat prénuptial anglais. Le contrat de mariage fait partie de la loi française et des règles précises existent pour déterminer les parts respectives de chacun.

Selon les circonstances, les couples anglais qui déménagent en France et ne possèdent pas d’accord prénuptial peuvent être considérés aux yeux de la loi française comme étant mariés sous le régime de la séparation des biens, ce qui signifie que chaque membre du couple possède entièrement ce qui est à son nom et la moitié de ce qui est possédé conjointement par le couple. Le régime matrimonial peut être modifié par accord entre les époux en modifiant le contrat de mariage, ce qui doit être officialisé.

Un accord prénuptial anglais peut ne pas être reconnu ni valide en France (de la même manière qu’un contrat de mariage français n’est pas automatiquement applicable en Angleterre). Lorsque nous rédigeons des accords prénuptiaux pour nos clients français, nous nous assurons qu’un avocat du droit des familles français est impliqué afin de garantir la conformité de l’accord avec la loi française et que les clauses concernant la juridiction compétente ont bien été considérées. Il est en effet impossible de comparer un contrat de mariage français à un accord prénuptial anglais. Les accords prénuptiaux diffèrent des contrats de mariage français en ceci qu’ils se concentrent essentiellement sur les conséquences d’un divorce, tandis que les contrats de mariage français encadrent la manière dont les possessions du couple sont réparties (de leur vivant comme en cas de décès).

Le conseil le plus important est de bien évaluer sa situation avant de déménager en France puis d’établir un contrat de mariage français qui corresponde à cette situation. De la même manière, les ressortissants français qui déménagent en Angleterre doivent garder à l’esprit qu’un contrat de mariage français a peu de chance d’être valide en Angleterre en cas de divorce. Ces couples devront donc établir un nouveau contrat matrimonial afin de protéger leurs possessions en Angleterre.

Succession

Dans la loi française, lors de la mort du premier époux, la première étape est de prendre en compte le régime matrimonial applicable afin d’établir quels biens constituent la propriété de l’époux concerné et de déterminer qui en hérite.

Lorsqu’un couple est marié sous le régime de la communauté, les possessions de l’époux décédé incluent la moitié des biens communs du couple ainsi que la moitié des biens possédés individuellement par le conjoint décédé. Si le couple a passé un contrat de mariage, il peut être spécifié que dans l’éventualité du décès de l’un des époux, le conjoint survivant reçoit l’ensemble des biens. Le transfert des biens possédés communément se fait en fonction du régime matrimonial et ne fait pas partie du patrimoine ni/ou de l’héritage.

Cela revêt une importance particulière dans la loi française, car certains membres de la famille sont considérés comme des héritiers de droit et ne peuvent être écartés de la succession. Lorsque le couple a des enfants, ces héritiers de droit sont les enfants, mais cela peut également être le conjoint lorsque le couple n’a pas d’enfants. Il existe des restrictions significatives dans la loi française en matière de liberté testamentaire et celles-ci varient en fonction de la situation propre au conjoint décédé. La meilleure protection pour le conjoint survivant peut être le régime matrimonial adopté.

Pour les ressortissants anglais vivant en France, il est possible, concernant leurs biens, d’appliquer la loi anglaise. Cependant, les conséquences techniques d’une telle disposition sont à étudier de près. Une attention particulière devra ainsi être apportée aux contradictions entre les deux législations pour déterminer qui possède les biens.

Divorce

Les différences entre les conséquences d’un divorce dans la loi française et anglaise peuvent être significatives. L’approche de la législation française en matière de pension alimentaire est généralement moins généreuse qu’en Angleterre. En Angleterre, la répartition équitable des biens entre les conjoints relève de la discrétion des juges. En France, le tribunal considérera en premier lieu le contrat de mariage (ou, par défaut, le régime matrimonial) afin de déterminer de quelle manière répartir les biens. Il n’a aucun pouvoir discrétionnaire.

Les couples qui déménagent en France doivent donc être avertis des différences et des règles concernant la juridiction applicable. Lorsqu’un couple anglais déménage en France, selon le règlement actuel (susceptible de changer après le Brexit), le divorce peut être jugé aussi bien en Angleterre qu’en France, ce qui peut donner lieu à une course afin de lancer les procédures dans le pays où elles seront plus avantageuses. Lors du déménagement, le couple peut stipuler dans son contrat de mariage la juridiction compétente pour ce qui concerne la pension alimentaire.

Enfants

Un déménagement en France peut également avoir un impact sur les questions légales en lien avec les enfants. En fonction du règlement européen applicable, les décisions concernant les enfants faisant suite à un divorce sont généralement prises dans le pays où le couple réside habituellement. En cas de divorce, si l’une des parties souhaite déménager en Angleterre avec les enfants (et que le conjoint n’est pas d’accord), les tribunaux français devront prendre une décision autorisant ou non le départ.

Tiers créanciers

Les biens d’un couple dépendant de créditeurs ou d’un fiduciaire en dépôt de bilan sont sujet au contrat de mariage. Lorsqu’un mari possède des dettes, à moins que son épouse n’ait expressément accepté de mettre en jeu ses biens, les créanciers ne peuvent avoir accès à ces derniers.

Évaluation

Veuillez nous contacter si vous souhaitez faire un bilan de votre situation avant de déménager en France. S’y prendre au plus tôt est la meilleure des solutions.

Need Help And Advice?

If you require assistance with any aspect of Family Law, please contact us on 01727 734260.

Contact Us

Speak to us

If you would like to arrange a first meeting or have any questions, please contact us or fill in the enquiry form below.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.